UNE RÉUNION… SANS QUARTIER

©Le Vésinet.fr

Le 23 mai dernier s’est tenue la réunion de quartier Charmettes/Merlettes initiée par la nouvelle équipe municipale, présidée par Bernard Grouchko, maire du Vésinet, entouré des élus en charge des sujets abordés.

Une réunion sans quartier

  • D’abord parce que le nombre de participants à cette réunion était très peu important : quelques dizaines de personnes seulement, dont des représentants des associations de défense du site (AEB, AEQVP, AVNR, SLV) et des élus municipaux n’appartenant plus à l’équipe du Maire depuis mars dernier ;
  • Ensuite parce que les échanges avec certains des élus municipaux présents dans la salle ont été tendus, voire même parfois étonnamment « peu courtois » de la part du maire ;
  • Enfin parce que les réponses faites aux participants par Bernard Grouchko et les élus de la nouvelle équipe sont apparues le plus souvent peu précises, voire confuses (un certain nombre de précisions et d’informations ont même dû être données par les élus municipaux précédemment en charge des dossiers…).

Les principales questions abordées

– Voieries. Elles sont jugées globalement en très mauvais état par Hélène Prévot-Huille aujourd’hui en charge du dossier. Une liste des travaux à mener dans le quartier serait établie en concertation avec les associations et des priorités. Cela concernerait notamment la poursuite de la réfection de l’avenue du Belloy.

– Pistes cyclables. Le tracé (voir plan joint) tel qu’établi par le groupe de travail va être mis en œuvre avant l’été pour une mise en service à la rentrée de septembre.

– Travaux estivaux. Un important chantier d’assainissement route de Sartrouville durera tout l’été entraînant une modification de la circulation par la rue de Seine, la route de Montesson et l’avenue du Belloy (plus d’information sur le site de la Centrale des Marchés).

– Ligne F (ex 19). Bernard Grouchko dit que la campagne de communication faite par Transdev en avril a été de l’avis de tous complètement ratée et que les comptages de passagers de la Ligne F – et donc en conséquence le « calibrage » de la taille des bus et de leur fréquence –  ont été mal calculés,  ceci induisant de grosses difficultés pour les usagers aux heures de pointe. Il ajoute que la pente des dos d’âne ralentissant la vitesse des véhicules serait également problématique, que leur « rabotage » serait envisagé pour permettre le passage des petits bus chargés de passagers (sans préciser qui va payer pour cette hérésie…) et qu’il semblerait que les petits bus utilisés en ce moment soient vétustes et tombent fréquemment en panne, expliquant le recours fréquent aux gros bus. Il conclut en disant que l’organisation de la ligne devrait être stabilisée pour septembre/octobre de manière définitive et que des instruments permettant le comptage des passagers sont maintenant installés à bord des bus, rendant cette opération moins fastidieuse et plus objective (!).

SLV a alors rappelé

  • son « étonnement » sur le fait que s’agissant d’un dossier ouvert depuis des années, des experts puissent se montrer aussi incompétents, notamment en ce qui concerne les comptages ;
  • son mécontentement (partagé par des personnes de la salle) sur l’augmentation des fréquences aux heures de pointe avec le retour de gros bus (un midi bus est un gros bus pour nos rues étroites !) accentuant les trous dangereux déjà creusés par leur passage sur une voirie non adaptée ;
  • la solution qu’elle préconise depuis la mise en boucle de 2012, à savoir un déroutement de la ligne par la route de Sartrouville qui permettrait à des gros bus de rouler sans encombre dans des rues adaptées à leur taille et à leur poids et faire ainsi cesser une polémique qui n’aurait jamais dû exister ;
  • la publication d’une lettre ouverte adressée au Maire du Vésinet demeurée sans réponse, ainsi que ses nombreux courriers depuis plusieurs mois.

Marc Perrin (AEQVP) rappelle l’existence des nouvelles lignes G passant par la route de Sartrouville et C par la route de Montesson qui pourraient répondre aux besoins de certains usagers et délester la ligne F mais sur lesquelles aucune information n’a été donnée par les maires des communes concernées.

En conclusion, le peu de monde présent dans la salle et l’imprécision des réponses apportées par l’équipe municipale sur l’estrade ont rendu cette réunion de quartier sans quartier bien terne… On revient à une question trop souvent déjà posée dans nos colonnes : y a-t-il un pilote dans l’avion ?!

Pour SLV


Une réflexion sur “UNE RÉUNION… SANS QUARTIER

  1. Pitié pour la route de Montesson qui connait déjà le passage de plus de 150 bus jour sans compter les bus « retour au dépôt », les car scolaires et les poids lourds !!! Ce serait une bonne idée de demander au maire de mesurer l’impact pollution et bruit sur les riverains de cette route dont les habitants méritent autant que les autres contribuables de la commune un peu de considération (ils ont les mêmes sujétions fiscales et urbanistiques) !!!
    Quant aux pistes cyclables, si elles sont adoptées, il faut,, en pendant rendre les trottoirs exclusivement aux piétons! La ville de Neuilly sur Seine applique le strict code de la route : art. 412-34 avec à la clé une amende forfaitaire de 90 euros. De quoi alimenter le budget de la ville pour entretenir les routes et les trottoirs et permettre aux riverains de sortir de leur garage en toute sécurité !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s