AMBIANCES, VOUS AVEZ DIT AMBIANCES ?

DSC02644Le second atelier du programme de concertation sur le Parc Princesse a eu lieu ce mardi 10 mars. Il avait pour thèmes « la définition des usages, des ambiances et la place de la nature et de la biodiversité dans l’espace public » ; points notables à l’heure où de nombreux éco-quartiers ou nouveaux « quartiers de ville » voient le jour, où l’on observe alors que l’histoire d’un lieu, une identité, un ancrage local, peuvent être un atout important pour la qualité de vie et le bien-être des habitants.

Une cinquantaine de participants était réunie autour des organisateurs, l’agence Filigrane chargée du plan de communication, l’AFTRP (Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne), aménageur en charge du projet, et quelques représentants de la mairie.

DSC026394 groupes de travail ont été mis en place sur les thèmes suivants :
– Espaces publics, commerciaux et culturels ;
– Relations entre espaces privés (habitations) et publics ;
– Vivre ensemble- équipements publics ;
– Espace forestier-cimetière.
Chaque groupe disposait de photos-types d’ambiances (arbres, paysages, faune, aires de jeux…) de cartes mentionnant un concept (nature, vivre-ensemble…) de cartes vierges à remplir, à répartir sur un large plan du site, ou au contraire à écarter.

Nous vous livrons quelques grandes lignes des idées exprimées :

Pour le groupe espaces commerciaux et culturels, il semble préférable de développer les commerces existants à l’entrée du parc plutôt que de développer un ensemble de commerces à l’intérieur du parc. Des espaces publics favorables aux rencontres avec des notions de mixité, et de lien entre les générations sont envisagés. Pourquoi pas un kiosque à musique, un café ou une zone permettant des spectacles en plein air pour les enfants ou des expositions d’art temporaires ? Pour la circulation, pistes cyclables et bus électriques seront privilégiés. Préserver l’esthétique Vésigondine « arrondie », avec les rues en courbes.

Pour le groupe relation espaces privés-publics, le maître mot était « transparence » : espaces dégagés, calmes, ouverts, vision sur l’extérieur. Pas de logements en barres. Les jardins autour des immeubles ne seraient pas privatifs mais ouverts, avec options éventuelles : jardins pédagogiques en lien avec les écoles… Les stationnements des résidents devront être enterrés, avec fourniture de caves et impossibilité de boxer les parkings, afin de limiter au maximum le stationnement dans la rue. Des parkings visiteurs pourraient être prévus en différents points du site. Concernant le mur d’enceinte classé, il faudra néanmoins envisager des ouvertures, au moins fonctionnelles. Anticiper les questions de sécurité et d’éclairage, d’usage d’énergies renouvelables (bilan, coûts et entretien des différentes solutions techniques tel que de panneaux solaires, toitures végétalisées).

Pour le groupe éponyme, les équipements publics doivent privilégier les déplacements à pied ainsi qu’en vélo en toute sécurité, et le dépose minute en voiture. Différents besoins sont à envisager selon les situations ; il n’y a pas lieu de rejeter les voitures. Anticiper le gardiennage des espaces publics la nuit.

P1140471L’espace forestier au nord du parc doit rester un espace naturel mais « domestiqué », particulièrement ouvert aux familles, balades à vélo, voire accrobranche pour les enfants. Par contre, cette partie-là du site ne serait pas dédiée à des activités type pétanque ou au kiosque (même si le groupe les considère comme attractifs !) ; on imagine plutôt un espace naturel « vestige de la forêt » avec un caractère pittoresque, de style anglais, lieu de préservation de la biodiversité (végétale et animale). Un arboretum pourrait être envisagé ou un parcours botanique, ainsi qu’une rivière qui traverserait l’ensemble du parc. Le cimetière serait conservé ou non, les sépultures pouvant être transférées, mais le lieu devrait conserver son caractère de lieu de sérénité, de méditation.

DSC02652Finalement, les concepts-phare suivants ont aussi été relevés :
– Un espace naturel mais domestiqué, un parc à l’anglaise ;
– Un habitat qui s’intègre harmonieusement à l’espace naturel ;
– Un parc avec des familles et des enfants ;
– L’ouverture sur un beau patrimoine, qui pourrait inspirer des peintres ;
– Deux zones tranquilles au nord (la forêt et le cimetière) et animées au sud (jeux d’enfants) ;
– Préservation de la biodiversité ;
– Une interaction de l’école (des écoles ?) avec l’espace forestier ;
– Un parc à la fois issu d’un lieu historique et intégré dans la ville du Vésinet : héritier d’une double identité à préserver.

SLV observe que cette session a montré une bonne convergence de vue des participants sur des valeurs humaines, sociales et environnementales qui pourraient être les valeurs fondatrices de ce parc, et qui soulignent aussi son potentiel important. Persistons dans cette voie !

Pour SAUVER LE VESINET

Voir vidéo de la balade urbaine et interviews https://www.youtube.com/watch?v=bInIdX386gc

 


Une réflexion sur “AMBIANCES, VOUS AVEZ DIT AMBIANCES ?

  1. Pourquoi supprimer le cimetière en relevant les tombes? C’est un élément important de l’histoire du Vésinet et de l’etablissement National. Un cimetière est un lieu de méditation et il n’y a pas de raison à cacher la mort qui fait parie de l’inévitable

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s