LE VELO AU VESINET : DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

« De nouveaux itinéraires cyclables » : Le titre de l’article page 12 du Vésinet–Magazine de septembre-octobre 2019 nous a immédiatement interpellés, mais QUELLE DECEPTION !

Malgré ce titre prometteur et des considérations irréfutables (.. Le Vésinet est la commune idéale pour aller…à vélo. Prés de la moitié de collégiens du Cèdre s’y rend à vélo..),  les mesures annoncées ne répondent pas aux attentes :

L’aménagement de la rue Henri Cloppet avec peinture au sol n’est pas vraiment nouveau et surtout ne procure qu’une sécurité toute relative aux cyclistes scolaires.

Le projet d’aménagement d’une double bande cyclable sur l’arc Nord du tour du lac des Ibis avec circulation centrale pour les véhicules est une dangereuse mascarade. Cet arc est régulièrement fermé à la circulation des véhicules ; il faut le réserver aux cyclistes et aux piétons, ou à tout le moins le mettre en sens unique comme la rue Jean Mermoz, pour diminuer la dangerosité pour les cyclistes.

Il ne suffit pas de mettre une bande ou une double bande de peinture sur la chaussée pour réaliser une piste cyclable. Mais bien sûr, l’article parle « d’itinéraires cyclables », cela ne veut pas dire itinéraires sécurisés !

La seule réalisation valable citée dans cet article n’est pas du fait de la commune, il s’agit des deux pistes cyclables réalisées par la CASGBS dans la montée de Saint Germain : piste cyclable sur le trottoir partagé avec les piétons à l’écart du trafic automobile. Cet aménagement s’inscrit, dit l’article du dernier « Vésinet Magazine », dans un projet global porté par la CASGBS et la ville du Vésinet. La ville du Vésinet ? Quelle audace ! Disons peut être les 19 communes qui composent la communauté d’agglomération.

Les chiffres parlent d’eux même :

Le plan vélo de la CASGBS c’est 9 millions d’euros d’investissement par an sur 4 ans, soit 36 millions d’euros pour 334 386 habitants, soit 107 euros par habitant sur 4 ans, ou 26 euros par habitant par an.

Le budget vélo du Vésinet, celui voté en janvier 2017 et réalisé partiellement en octobre 2018 était de l’ordre de 120 000 euros, soit 7,55 euros par habitant pour une population de 15 884 habitants (et cela doit être étalé sur plusieurs années soit 2,50 euros si l’on retient 2017-2018-2019).

Lors des réunions d’information de riverains en décembre 2017, Bernard Grouchko avait affirmé « On parlait déjà des pistes cyclables au Vésinet lorsque j’étais en primaire. Aujourd’hui il est indispensable d’en équiper la ville », affirmation qu’il avait justifiée par l’utilisation accrue des vélos par les cyclistes scolaires, mais aussi adultes. Il avait également indiqué qu’en raison de la densification de la circulation, il convenait de protéger nos quartiers résidentiels d’une circulation accrue, bruyante, dangereuse et nocive pour la santé : « Si l’on ne veut pas que notre ville devienne un cône de transit, il vaut mieux prendre le taureau par les cornes, créer des pistes cyclables et adopter un plan de circulation adéquat ».

OU SONT LES PISTES CYCLABLES, OU EN EST LE PLAN DE CIRCULATION ?

Un travail approfondi pour définir les pistes cyclables indispensables  aux habitants du Vésinet et à leur sécurité avait été accompli en 2016 dans un groupe de travail réunissant la municipalité et  les associations vésigondines. Les décisions qui semblaient prises alors sont pour l’instant restées en partie lettre morte.

La ville a dépensé 140 000 euros pour acquérir un local SNCF (aujourd’hui partiellement effondré) pour en faire un atelier de réparation de vélo à la gare le Vésinet-le Pecq. Mais…. seuls les gros bus arrivent gare du Pecq, aucune piste cyclable et même pas d’ « itinéraire cyclable ».

En cette période pré-électorale SLV sera très attentif aux engagements fermes (et non aux promesses) des candidats en faveur des circulations douces, ainsi qu’au règlement du trafic des bus  tant dans la partie Nord que dans la partie Sud de la ville.

ENCORE UNE FOIS, DONNEZ NOUS ENFIN DE VRAIES PISTES CYCLABLES !

Pour Sauver Le Vésinet


Une réflexion sur “LE VELO AU VESINET : DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

  1. Heureusement que la petite société de réparation de vélos “Le Triporteur “ assure régulièrement ce service à la gare du Vésinet/ Le Pecq depuis de nombreuses années.
    Avec l’effondrement du pignon de l’ancienne gare, quand verrons-nous un service de réparation permanent via ce montage associatif ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s